Miss Ga.'s book Le site internet de Gaëlle Cloarec journaliste pigiste

Do not send email to this address: enne_nyoiseau@inria.fr
Do not send email to this address
Do not send email to this address: o_omecourt@inria.fr
Do not send email to this address

Articles parus dans la presse écrite :

X
Article Hors-série La Provence
L'homme "atout fer"

 

Travailler le métal dans les règles de l'art se fait rare, et les maîtres en la matière sont courtisés par les connaisseurs.

Un atelier de métallurgie en plein cœur de Marseille, qui résiste encore et toujours à la délocalisation... Ils sont nombreux en effet parmi les artisans à s'exiler dans les zones industrielles, où les contraintes de leur profession dérangent moins les riverains. Alain Onis travaille le fer rue Saint-Pierre depuis 35 ans, et il est intégré à la vie de son quartier de plus d'une manière. « Certains clients sont venus me confier un ouvrage il y a plusieurs décennies, et me sont restés fidèles. Je travaille autant avec les administrations ou les offices de HLM qu'avec les étudiants des Beaux-Arts ou des artistes, nombreux autour de la Plaine, qui me commandent des pièces uniques ».

Lorsqu'on pénètre dans son atelier de 230 m2, on est frappé par la variété de ses outils et de ses productions : de la serrurerie à la fabrication d'instruments de musique en métal, des garde-corps pour la navigation aux vérandas, en passant par les portails, fenêtres, coursives, il semble pouvoir tout réaliser, sur mesure. « C'est ce que j'aime, innover, chercher, trouver la bonne solution à chaque cas particulier. » Alain a pour principe de ne jamais revenir sur un chantier. Il tient à la qualité de ses prestations, et insiste sur l'importance de les facturer au juste prix, pour ne pas dévaloriser la profession.

Il a choisi volontairement de conserver une équipe réduite : un ouvrier, un apprenti Compagnon du Tour de France qu'il forme pendant deux ans avant de le laisser voler de ses propres ailes, et sa propre épouse, au statut de conjoint-collaborateur. Le travail ne manque pas : avec la crise, la clientèle investit dans la rénovation, et ceux qui ont les moyens de se faire plaisir apprécient le travail d'un professionnel. Alain accepte aussi les commandes de petite serrurerie, le « tout-venant », pour « faire du chiffre d'affaires », mais refuse certains chantiers comme la mise en conformité de cages d'ascenseurs parce que « c'est vraiment trop de routine ». On l'aura compris, lui, son truc, c'est plutôt l'inventivité...

Ses conseils : De la méthode avant tout, et beaucoup de pratique. La qualité de sa production parlera pour l'artisan, qui ne doit pas hésiter à la mettre en valeur par le biais d'un site internet convivial et bien illustré. Il est par ailleurs nécessaire d'avoir une constitution robuste, les matériaux utilisés étant parfois très lourds.

Un serrurier-métallier débute au SMIC et peut gagner jusqu'à 2 500 € net en fin de carrière. 

Les articles de ce hors-série paru en mars 2011 ont été écrits par les étudiants de l'EJCM, sous la coordination de Philippe Schmit, Rédacteur en Chef Adjoint de La Provence.

Gaëlle Cloarec
La provence : 100 métiers qui recrutent en Provence :
Lettre de l'Université de la Méditerranée :
Gaëlle Cloarec, journaliste pigiste sur Marseille